jeudi 7 décembre 2017

Le collectif a porté la pétition et ses demandes à la Région

Suite à notre envoi fin novembre de la pétition et de ses annexes, et d’une demande de rencontre, nous avons été reçu le 5 décembre 2017 au Conseil Régional.
Assistaient à cette rencontre :
Pour la Région M. Antoine Chéreau, 1er Vice-Président en charge des Lycées, Isabelle Leroy 6e Vice-Présidente, M. De Moucheron directeur des Lycées, Mme Le Floc son adjointe, Mme Chardonnal DGA infrastructure et transport.
Pour le Collectif pour des nouveaux lycées publics Sud-Loire 44 : Bernard Viaud, Bruno Piquet, Isabelle Louvet.
Pour la FCPE44 : Maurice Suriray, Anne Kirion Chartres.


Voici le texte que nous avons lu et laissé à nos interlocuteurs, tout comme les 1729 signatures de la pétition en ligne, + d’autres pétitions papier, et les commentaires des signataires, et les précisions apportées par M. Chéreau figurent après notre déclaration   :

______________________________________________________
Intervention du collectif lors du RDV Région 5-12-2017

Tout d’abord merci de donner au Collectif pour des nouveaux lycées PUBLICS en Sud-Loire 44 la possibilité de vous dire de vive voix la grande préoccupation de très nombreux parents d’élèves pour la scolarisation des futurs lycéens.
Les sureffectifs actuels des lycées seront insupportables dans 4 ans quand les nombreux élèves actuellement en primaire, sortiront du collège et commenceront à arriver au Lycée à la rentrée 2021. Rappelons que 25 classes supplémentaires de 6e ont été ouvertes à la rentrée 2017 dans le département.
L’augmentation démographique très importante de notre secteur se poursuivra même au delà de 2024.  
Tous les enfants de moins de 13 ans aujourd’hui seront concernés.
Faudra t-il les tirer au sort les places au lycée comme pour APB ?
Nous pensons qu'il doit y avoir consensus pour que tous les jeunes des Pays de la Loire voulant aller au Lycée puissent y avoir une place !
Le Conseil Régional ne pourra éternellement dire qu’il ne savait pas, que c’est une surprise mal prévue par l’étude INSEE de 2013, qu’il n’a ni le temps ni l’argent !
Or les lycées font partie des missions principales du Conseil Régional. La formation de notre jeunesse est un investissement et une chance, plutôt qu’un coût.

Les 6 Lycées public actuels du Sud-Loire sont tous saturés.
  • L'installation de modulaires dans les lycées actuels aura ses limites, tout comme l'augmentation des plages horaires avec cours allant de 8 à 18h même le mercredi après midi dans certains lycées.
  • Les temps de trajet croissant lié à la densification de la circulation vers l’agglomération deviennent insupportables. C’est notamment le cas pour les zones éloignées de Nantes encore dépourvues de lycée comme la zone de St Philbert de Grand Lieu / Legé, générant des inégalités géographiques importantes.
  • Le sureffectifs entraîne une dégradation des conditions de travail et d'accueil des lycéens (restauration, permanence, CDI,...), l’augmentation du stress, le risque d’échec et de décrochage scolaire, et l’inquiétude des familles.

Nous demandons  :
La construction urgente de plusieurs nouveaux lycées PUBLICS polyvalents (générales-technologiques-professionnels) au Sud-Loire.

  • La seule ouverture de classes de seconde générales faite depuis des années ne peut être l’unique réponse. Le manque de classes “pro” entraîne une sélection importante, et de très nombreux élèves sont aujourd’hui en échec en classe de seconde générale où ils aboutissent par défaut.
  • Nous souhaitons avoir pour tous des lycées de proximité, avec des temps de trajets raisonnables prenant en compte la densification de la circulation.
  • Nous souhaitons avoir des établissements à taille humaine, ni trop petit, ni trop grand. Il nous paraît d’ailleurs opportun pour les prochains lycées, de prévoir une réserve foncière suffisante et des plans de lycées qui soient facilement extensibles et cohérent. L’ajout de classes, et l’agrandissement des parties communes (hall, self, permanences, gymnases annexes, ...) pouvant accroître la capacité d'accueil (de 1000 à 1500 par exemple) sans détériorer la qualité de vie des lycéens. Par contre l’expérience montre qu’il est indispensable de ne pas dépasser les 1800 élèves afin de préserver un bon suivi et une vie scolaire sereine. Il est également indispensable d’accompagner ces augmentations d’effectif par du personnel en nombre suffisant.
  • Nous souhaitons avoir des temps de trajets raisonnables prenant en compte la densification de la circulation.
  • Compte tenu du manque criant de places dans l’enseignement supérieur, et au moment ou le ministère donne les moyens de créer 7000 places de BTS, il serait très dommage que les Pays de la Loire passe à côté de ces créations, faute de place dans les Lycées.
  • Enfin, le choix des lieux d’implantation de ces nouveaux Lycées devra répondre à des critères factuels et transparents : Effectifs potentiel de lycéens, temps d’accès et de transport de ces Lycéens , infrastructures existante ou à venir (EPS, accès transports, ...), avec la révision de la carte scolaire et des schémas de transport, pour équilibrer l'accueil optimal dans chaque bassin de vie.

Nous savons que dès 2016, vous avez pris conscience du problème des effectifs des Lycées et embauché un démographe pour mieux cerner les évolutions des effectifs, ainsi qu’engagé un audit sur les capacités d'accueil des lycées. D’accord avec cette démarche, nous sommes cependant inquiets comme tous les parents d’élèves du sud-Loire 44, des réponses qui pourront être apportées. Nous espérons qu’il sera possible au collectif d’être associés à un groupe de travail constructif, afin que les solutions soient partagées.
Il manque plus de 3000 places au Sud Loire. Comment comptez-vous y répondre (créations, extensions) ? Avec quel calendrier ? Sur quel territoire ?
Nous vous remettons la pétition avec les 1727 signatures au 4 décembre. Nous vous remettons les 233 commentaires des signataires, dont nous avons cité quelques commentaires :


Voici une sélection de quelques commentaires des signataires
L'investissement dans de nouveaux Lycée PUBLICS au Sud Loire est indispensable pour les chances de réussites de nos enfants lycéens dans les 15 années à venir dans ce secteur de la Région.
Mon fils aura entre 45min et 1h30 de car LILA matin et soir de Legé pour aller jusqu'à Nantes !
Nos lycées saturent. Les effectifs augmentent encore. Nos enfants doivent pouvoir bénéficier de bonnes conditions d'éducation. Aucune construction de lycée public n'est prévue au sud Loire dans les années à venir hors même les lycées les plus récents fonctionnent déjà avec des ajouts modulaires. C'est urgent, c'est maintenant !
Temps de trajet trop long, effectif dans les classes trop importante , amplitude horaire trop grand avec des heures "perdues" (3 h de pause entre 2 cours par ex)
je pense qu'il est nécessaire de diminuer le temps de transport des enfants qui habitent en campagne.
Un lycée en sud Loire est indispensable pour que nos enfants actuellement en primaire aient un cadre de travail agréable Mmes et M. les élus anticipez ! Et agissez maintenant pour l'avenir !
Les lycées sont saturés et les effectifs vont encore augmenter. J'ai un enfant qui est encore au collège (saturé aussi) et j'aimerais qu'il puisse étudier dans de bonnes conditions
Je signe car il faut de bonnes conditions pour nos enfants pour apprendre. Ma fille a fait sa 2nde au lycée des Bourdonnières et les heures d'études se font dans le couloir faute de salle il faut aller chercher des chaises dans d'autres salles pour faire cours et certains élèves ne pouvaient déjeuner tous les jours au self car trop de monde.
Parce que mon fils est en 6eme et ma fille en Cm2 donc nous sommes directement concernés par le sujet. Nous souhaitons que nos enfants reçoivent un enseignement de qualité. Les sureffectifs annoncés sont effrayants il est urgent de réagir pour nos enfants.

Le Collectif pour des nouveaux lycées publics Sud-Loire 44
____________________________________________________________



Voici les éléments obtenues lors de cette rencontre :

M. Antoine Chéreau à confirmé les chiffres que nous avançons. Il nous a dit que dans un premier temps en 2016, il pensait avoir à faire à un pic transitoire lié à la génération de l’an 2000. Suite à l’étude démographique fine par bassin de vie, ce chiffre de 3000 élèves sans lycée au Sud Loire est confirmé. Les résultats sont sans appels, il s’agit d’une poussée démographique durable. Elle est importante au Sud Loire, mais s’accentue également sur l’agglomération Nantaise et provoquera de nouvelles tensions jusqu’alors sous estimées.
Parallèlement les audits capacitaires de chaque lycée sont actuellement achevés sur ⅓ des lycées. Ils permettent de recenser les points de tension de chaque établissement, et voir ce qui peut être optimisé, par des travaux, ou changement d’organisation.
Des extensions sont en cours ou programmées dans certains Lycées, (Pornic, La Herdrie, Clisson, Goussier, Montaigu, ... ). D’autres seront sans doute à prévoir. Certaines extensions ont pour but de remplacer durablement les modulaires installés transitoirement, et d’adapter les bâtiments aux besoins spécifiques des lycées,  comme le pôle logistique aux Bourdonnières. Pour ce lycée il a été reconnu qu’il avait atteint largement sa capacité maximale et qu’il n’aurait pas d’élèves supplémentaires. 
Des garanties ont étés apportées sur la réalisation dans les temps des 4 constructions de lycées prévus en 2013 et encore à réaliser (Nort-sur-Erdre en 2020, Saint-Gilles-Croix-de-Vie en 2021, Aizenay en 2022, Pontchâteau en 2023), et à livrer sans retard car les besoins sont cruciaux.
M. Chereau admet que des constructions seront nécessaires au Sud Loire. La Région a bien l'intention de répondre à cette demande et faire ce qu’il faut... Mais il n’a pas voulu en dire plus, car des arbitrages sont en cours. La stratégie d'investissements dans les lycées sera annoncée lors de la session budgétaire du Conseil Régional les 20, 21 et 22 décembre 2017.


Nous avons répété que pour accueillir plus de 3000 lycéens et espérons aussi quelques BTS, dans des conditions d’études et de temps de transport acceptables, la construction d’au moins deux lycées PUBLIC supplémentaires, nous parait indispensable. Un large consensus doit être possible pour investir dans la formation et l’avenir de notre jeunesse des Pays de Loire.   

Le Collectif pour des nouveaux lycées publics Sud-Loire 44 avec l’ensemble des parents resteront vigilants et à l’écoute des réponses qui seront apportées lors de la session du Conseil Régional des 20-21-22 décembre prochain, comme ultérieurement.

lundi 27 novembre 2017

Le collectif a transmis la pétition à la Région

Le 24 novembre, le Collectif pour des nouveaux lycées publics Sud-Loire 44 a transmis à la région la pétition avec les 1570 signataires à cette date, les commentaires, ainsi que l'ensemble de notre argumentaire qui est également sur notre blog...
Nous avons également demandé un RDV.

En décembre, le Conseil Régional annoncera un nouveau plan d'investissement dans les Lycées. Sera-t-il suffisant ? Cela dépend des priorités budgétaires ! Mais les Lycées font partie des missions historiques de base de la Région. Nous pensons qu'il doit y avoir consensus pour que tous les jeunes des Pays de la Loire voulant aller au Lycée puissent y avoir une place ! 

Tous les enfants ayant moins de 13 ans aujourd’hui sont concernés. 

Nous remettons ci-dessous les commentaires (213 à ce jour) des signataires... Beaucoup sont des témoignages très fort.
Vous pouvez encore signer la pétition (en haut à droit de notre blog).



mercredi 15 novembre 2017

Dans les médias : Sud-Loire 44. En 2024 il manquera plus de 3 000 places de Lycée


Merci aux parents du collectif venus des différents secteurs du Sud-Loire pour relayer l'inquiétude commune sur le manque de places des Lycées.



Merci aux médias qui ont relayés notre alerte





France Bleu Loire Océan  :   Lien écoute reportage France Bleu
                              Lien mp3 du 14-11-2017 7h50,  2 minutes 





Ouest-France Jeudi 16-11-2017 Page départementale 


« On veut au moins deux lycées de plus »

Marre des lycées saturés. Dans le sud-Loire, un collectif de parents réclame, à la Région, la construction de nouveaux lycées publics.

« Contraints d’aller à Nantes en car, certains lycéens habitant le sud-Loire se retrouvent coincés dans les bouchons, arrivent en retard et sont exclus de la classe », s’insurge, un parent. « Il y a tellement d’attente pour la cantine que mon fils préfère aller au fast-food, voire zapper le repas, se révolte un autre. C’est insupportable. »
La situation des lycées dans le sud-Loire se dégrade. Sur ce territoire dynamique, le nombre d’habitants augmente, mais il n’y a pas plus de lycées. Du coup, ça craque de partout.
Alors, depuis un an, un collectif de parents pour des nouveaux lycées publics, qui s’est réuni mardi à Bouguenais, à quelques jours du budget du conseil régional, s’active pour faire prendre conscience à la Région l’urgence de construire un, voire deux nouveaux établissements, d’ici 2024.
Tracts, réunions, blog… Sans relâche, les usagers alertent. Une pétition est actuellement en ligne sur change.org« Il manque 3 000 places, lâche Bernard Viaud, ex-président du lycée des Bourdonnières. Les options sont restreintes et les BTS quasi inexistants. »
Conséquences : au-delà des questions logistiques et de l’offre limitée, « nous craignons que ce soit les élèves les plus en difficultés qui trinquent, poursuit le porte-parole du collectif. Ce qui ne nous satisfait pas. »
Les points chauds identifiés sont situés sur les zones de Saint-Philbert-de-Grandlieu, du Pays de Retz et du sud de l’agglo nantaise. Une piste à creuser pour un éventuel nouveau plan d’investissements dans les lycées…


Courrier du Pays de Retz - 17/11/2017















Des parents demandent la construction de lycées dans le sud Loire

Réuni, mardi 14 novembre, un collectif de parents alerte la Région sur la nécessité de construire des lycées au sud de Nantes. Une pétition a été lancée.

|Modifié le 15 Nov 17 à 15:39
















Le collectif craint un « scénario catastrophe » dans les lycées si rien n’est construit à l’horizon 2021-2024.

La réunion a eu lieu mardi 14 novembre à BouguenaisLe collectif « Pour des nouveaux lycées publics au Sud-Loire 44 » alerte le Conseil régional des Pays-de-la-Loire sur « l’urgente nécessité de créer des lycées publics au Sud-Loire« .
Au regard des prévisions démographiques et de la saturation des lycées situés dans le sud de la métropole nantaise, les parents considèrent que les sureffectifs seront insupportables dans 4 ans.
« Il manquera plus de 3000 places de lycée au sud Loire en 2024 ».
Selon le collectif composé de parents d’élèves FCPE et indépendants , vu la saturation des actuels établissements et l’augmentation démographique naturelle ;
« il faut deux nouveaux lycées au minimum ». 
Est concerné le secteur allant du Pays-de-Retz au Loroux-Bottereau, en passant par le territoire d’Aigrefeuille-sur-Maine et de Vertou.
Le collectif attend le vote budgétaire de la Région en décembre prochain avant de mener d’éventuelles actions. Une pétition a été lancée sur le site Change.org. Elle a reçu, pour l’heure, plus de 1100 signatures.


Presse Océan Lundi 20-11-2017





Ouest-France Mercredi 22-11-2017 Page départementale 



 
















L'Hebdo de Sèvre et Maine du 23-11-2017


Ouest France 30-11-2017 Edition Pays de Retz




Ouest France 03-12-2017 Edition Dimanche






































Pétition pour plusieurs nouveaux lycées Sud-Loire-44 d'urgence !!

Merci de signer à votre tour la pétition en cliquant ci-dessous

Les chiffres de l'évolution démographique du nombre des lycéens confirment l'alerte lancée par les parents d'élèves du Sud Loire : il manquera plus de 3000 places de lycée !
Il faut agir d'urgence pour éviter la catastrophe annoncée pour notre jeunesse. 


Merci de signer et faire signer la pétition :  
Vous pouvez dans un commentaire expliquer pourquoi vous signez, et éventuellement dans quel secteur vous habitez, l'age de vos enfants, vos inquiétudes, etc...